Axes de recherche

Pourquoi cet institut ?

L'objet de l'institut de recherche en santé de la femme est de permettre, à travers le mécénat et les dons, de réaliser plusieurs missions d'intérêt général :

Promouvoir, soutenir et harmoniser la Recherche médicale autour de la santé de la femme tout au long de la vie, de la santé reproductive et périnatale, de la biologie et de la génétique reproductive ; permettre l'obtention de bourses d'études destinées à aider de jeunes chercheurs (médecins, biologistes, sages-femmes) à poursuivre leurs recherches. Soutenir la recherche par l'achat de matériels, de réactifs ou de prestations destinés à la mise en oeuvre des programmes de l'institut.

Promouvoir et soutenir les innovations technologiques et les bonnes pratiques cliniques en vue de diminuer les risques et la morbidité en pathologie maternelle et permettre à toutes l'accès à des soins de qualité.

Valoriser et assurer la diffusion des connaissances scientifiques françaises, en France et à l'International, auprès de la communauté scientifique, des professionnels de santé et du grand public.



Quelques uns de nos principaux
axes de recherche


Améliorer l'accès aux soins de qualité en santé de la femme et en santé périnatale.
Urgences gynécologiques et risque vital
Les complications graves de l'accouchement
Le diagnostic prénatal
Les cancers de la femme
La prise en charge et le suivi des nouveau-nés fragiles
L'endométriose
L'infertilité
Génétique, procréation, et pathologies gynécologiques.

Lumière sur l'endométriose:
une maladie invisible

L'endométriose est une pathologie encore trop mal connue
et pourtant particulièrement invalidante pour les femmes qui en souffrent.

L'endométriose en
quelques chiffres clé :

176 millions :  nombre de femmes dans le monde atteintes d'endométriose

10% des femmes en âge de procréer souffrent d'endométriose

40 % des femmes qui souffrent de douleurs chroniques pelviennes, en particulier au moment des règles, en sont atteintes.

30 à 40% des femmes atteintes d'endométriose présentent
une infertilité.

Des causes encore mal connues, 

un diagnostic souvent tradif

Beaucoup de pistes de recherche concernant le mécanisme de cette pathologie encore mal connu : facteurs génétiques, immunitaires, hormonaux et environnementaux.

L'errance médicale des patientes : on estime en moyenne à 7 ans le délai entre la première consultation d'une patiente pour des symptômes d'endométriose et le diagnostic médical.

Des chercheurs de notre institut tentent de réduire ces délais en explorant notamment deux axes : développer un outil diagnostic lié aux symptômes et à l'histoire de la patiente via un formulaire lors des consultations, et l'élaboration d'un test biologique diagnostic.

Peu de moyen pour la recherche

Un article récent du Guardian interroge : l'endométriose touche aux US autant de patients que le diabète, et pourtant les subventions pour aider la recherche sur cette pathologie sont 39 fois inférieures que celles allouées au diabète.

En France, cette pathologie manque également cruellement de visibilité : absence d'information, indifférence collective, rejet récent de l'amendement permettant de classer l'endométriose dans la liste des maladies invalidantes, stagnation du projet de centres de référence et de prise en charge, et si peu de moyens pour la recherche médicale...

Sans doute parce qu'il s'agit d'une maladie de femmes, que les règles restent toujours tabous même dans nos sociétés modernes, et que la douleur des femmes ne mobilise que peu l'opinion publique. Faire sortir de l'ombre cette pathologie encore si mal connue, faire progresser la connaissance et la reconnaissance de l'endométriose et de ces femmes qui en souffrent, est pourtant bien un enjeu majeur des années à venir...


Nos bourses de recherche 2016-2017

L'IRSF soutient le travail de plusieurs étudiants-chercheurs en leur allouant des bourses d'étude pour parfaire leurs
travaux de recherche


Diagnostic antenatal
Analyse de l’exome pour l’identification de gènes prédisposant aux cardiopathies dans le syndome 22q11.2
Génétique et endométriose
Recherche de biomarqueurs de l’endométriose par des approches de proteomique et de genomiaque integrative.
(3eme année de doctorat)
Prolapsus :
Développement d’un modèle de prédiction préopératoire de la satisfaction après chirurgie du prolapsus de la femme.
Infertilité
Rôles de l’adiponectine dans les cellules endométriales humaines et bovines : implications lors de l’implantation embryonnaire.
(3eme année de doctorat)

Nos partenaires

©2016 IRSF
/
Mentions légales
/
Plan du site
/
Website par Questions d'Image
Fonds de dotation pour la Recherche en Santé de la femme, en santé reproductice et périnatale
UFR Simone Veil, Université de Versailles St Quentin, RISCQ
2 avenue de la source de la Bièvre - 78180 Montigny-le-Bretonneux